Rhophylac : pourquoi cette prévention est-elle indispensable à bébé ?

rophylac

Rhophylac : qui cela concerne ?

Le rhophylac est un traitement préventif proposé à toutes les femmes de Rhésus négatif (groupe sanguin négatif, il s’agit du 2ème niveau de classification des catégories de sang après les lettrage A, B, AB ou O).

En effet, ces femmes risquent une allo-immunisation anti-Rhésus-D : en clair, si papa est de rhésus positif Rh + et que maman et de rhésus négatif Rh – cela se complique. En effet si il y a passage d’hématies fœtale (en gros de cellules fœtales) dans la circulation de la mère et que ces hématies sont rhésus positif (donc que bébé tient de papa), maman va synthétiser une petite armée d’anticorps igG anti-D donc contre bébé. Cette petite armée va passer la barrière placentaire et provoquer de graves conséquences chez bébé.

Pour éviter que cette situation se produise, dès qu’une situation à risque va survenir pendant la grossesse (cerclage, choc abdominal, amniocentèse, version par manœuvres externes, etc) l’équipe obstétricale va injecter un Rhophylac dans la circulation maternelle.

Cette prévention est étendue à toutes les mamans de Rhésus négatif Rh – au cours du dernier trimestre de la grossesse (à 28 semaines d’aménorrhées) ainsi qu’après l’accouchement de manière à ce que la maman ne s’immunise pas « contre » ses futurs bébés.

Rhophylac : comment se passe l’injection ? 

L’injection du Rhophylac est réalisée soit par la sage-femme à la maternité soit par une infirmière. Cette injection de Rhophylac est tracée et répertoriée scrupuleusement puisqu’il s’agit d’un produit dérivé de sang humain.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *