Reconnaitre les pleurs de bébé

Reconnaitre les pleurs de bébé

A la naissance le seul moyen pour bébé de s’exprimer oralement sera les pleurs : très vite il comprendra que ce langage universel lui permettra de communiquer avec son entourage. La faim, la fatigue, la peur, la douleur, etc… : les pleurs correspondent à une palette d’émotions et de significations bien distinctes… Moispourmoi vous aide à mieux comprendre bébé à travers ses pleurs en vous donnant quelques clés de traduction…

 

Reconnaitre les pleurs de bébé : halte aux idées reçues

Les pleurs pour ouvrir les poumons : FAUX

Combien de fois nos grands-mères nous l’on répété : « laisse le pleurer, ça lui développe les poumons » ou encore « attention, si bébé ne pleure pas il risque d’avoir de trop petits poumons » ! Et pourtant ces affirmations sont complètement fausses : les cris n’ont pas de rapport avec l’état pulmonaire de nos enfants. Bien que le premier cri de bébé soit associé à sa première respiration, c’est la douleur que provoque l’ouverture de ses alvéoles qui le fera crier et non le cri qui permettra l’ouverture de celles-ci !

Bébé fait des caprices : FAUX

A la naissance, bébé n’est pas apte à « réfléchir » et à manipuler ses parents en faisant des caprices : un cri correspond à un besoin et le fait de satisfaire ce besoins ne rendra en aucun cas votre enfant capricieux !

Une mère reconnait les cris de son enfant parmi ceux des autres : VRAI

De nombreuses étude montrent qu’une mère reconnaitra le cri de son enfant parmi ceux des autres : dès les premiers instants de vie un échange presque magique va se réaliser entre la mère et son enfant, une symbiose qui permettra au couple « mère-enfant » de ne faire qu’un durant les premières semaines de vie. Cette fusion permettra à la mère de répondre aux besoins primaires de l’enfant et à l’enfant de s’adapter en douceur à son nouvel environnement.

 

Reconnaitre les pleurs de bébé et savoir y répondre

Le maternage proximal :

Le maternage proximal est une solution utilisée dans de nombreux pays pour anticiper et diminuer les pleurs de bébé.

Cela consiste à combiner plusieurs habitudes : allaitement à la demande, portage intensif, co-dodo, etc… Ainsi, la mère reste constamment avec son enfant et répond immédiatement à ses besoins. L’allaitement répondant à la fois à la faim, à l’angoisse, à la douleur ou encore à la fatigue, bébé trouvera une solution pour apaiser ses pleurs à chaque mise au sein.

Répondre à ses besoins :

Si le maternage intensif à ses atouts, il ne peut pas toujours être réalisé, surtout dans notre société ou la femme doit cumuler vie sociale, vie familiale et vie professionnelle.

Rassurez-vous, certaines « clés » peuvent quand même vous aider à anticiper les besoins de bébé sans pour autant être 24h/24h en peau à peau avec lui.

La faim

Les premières semaines de vie la plupart des pleurs correspondent à des pleurs de faim : l’estomac de bébé étant relativement petit ils ne peuvent manger que petites quantités par petites quantités et de ce fait, réclament souvent.

Les pleurs seront alors souvent à distance du dernier repas (au moins 1h30 après). N’oubliez pas qu’en cas de forte chaleur bébé peut aussi avoir soif !

Les coliques

Vous reconnaitrez les coliques de bébé lorsque celui-ci se tortillera dans tous les sens : pour l’aider, portez-le sur ventre contre votre avant-bras, tête au creux de votre main. Vous pouvez aussi masser son ventre dans le sens des aiguilles d’une montre pour l’aider à libérer ses gaz et son méconium.

La fatigue

Bébé a grand besoin de dormir durant ses premiers mois de vie : il faut préserver son intimité et le laisser se reposer dans un endroit calme, à l’abri des sollicitations auditives et tactiles. Même si tout le monde n’a qu’une envie, c’est de le cajoler, il faudra veiller à ce qu’il puisse se reposer convenablement.

La peur

Bébé peut tout simplement être angoissé : après 9 mois passé dans votre ventre il aura besoin d’être constamment rassuré. Bercez-le, chantez lui une chanson, proposez lui un doudou imprégné de votre odeur, etc…

Ces pleurs sont en général plus stridents et surviennent lorsque bébé est séparé de sa mère, ou lorsqu’il se réveille dans un endroit inhabituel, sans repères rassurants.

La douleur

Bien plus qu’un pleur, la douleur se manifestera par un cri : plus strident, plus fort, inhabituel, un son qui vous fera penser que cela n’est pas « comme d’habitude ».

Vérifiez sa température, regardez ses gencives pour vous assurer qu’il ne s’agit pas d’une petite poussée dentaire et au moindre doute consulter un médecin : mieux vaut « venir pour rien » que « ne pas venir pour quelque chose ».

Le mal-être

  • Une couche pleine : les bébé aiment se sentir au sec et supportent mal que leur couche soit souillée ! N’hésitez pas à changer fréquemment  les fesses de bébé, cela permettra aussi d’éviter la survenue d’érythème fessier.
  • Trop froid / trop chaud : bébé peut aussi vous exprimer une sensation de froid ou de chaud. Regardez si il transpire ou au contraire si ses petites mains sont froides…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *