Le surimi est certainement l’un des mets japonais les plus appréciés dans l’hexagone. On le retrouve dans presque tous les restaurants proposant des mets étrangers en France, mais il existe également une filière française du surimi qui est très développée. Cependant, malgré cette grande popularité, le surimi traine une mauvaise réputation… En effet, pour les femmes enceintes, il ne serait pas vraiment conseillé. La question véritable est donc de savoir : peut-on manger du surimi en étant enceinte ?

Pourquoi les femmes enceintes doivent-elles éviter le surimi ?

Les femmes enceintes, on le sait tous, ont des drôles d’envies. À cet effet, l’envie de déguster du surimi peut leur arriver à tout moment, ce qui a priori n’est rien de grave. Cependant, la condition de femme enceinte peut être un frein à la consommation de ce produit alimentaire pourtant très apprécié. En effet, nul n’ignore que pour une femme enceinte, certains aliments peuvent être déconseillés pour diverses raisons. Le surimi fait partie de ces aliments que les femmes doivent donc éviter dès lors qu’elles portent un enfant dans leur ventre. Et cela ne doit pas vous paraitre bizarre, car à l’instar des sushis, des saumons fumés et autres préparations faites à base de poissons crus, le surimi a aussi pour origine la chair ou la pâte de poisson. Et c’est là que se trouve le principal nœud du problème.

En effet, pourquoi les femmes enceintes ne doivent-elles pas consommer du surimi ? Le surimi est un aliment cuit, mais il subsiste néanmoins un petit souci. En effet, comme les fruits de mer et les poissons crus, il abrite un type de bactérie dont le développement n’est possible que lors de la conservation au froid. Or, comme précisé précédemment, le surimi est certes un aliment cuit, mais en amont, le surimi de base qui constitue la première étape d’élaboration du surimi lui-même passe d’abord par l’étape de la congélation (−30 °C) avant d’aller au four, une fois certains ingrédients ajoutés.

Appelée donc la listéria, ce type de bactérie en forme de bâtonnet est responsable d’une maladie connue sous le nom de la listériose qui peut toucher les femmes enceintes. Cette maladie se décline en deux variantes qu’il faut nettement distinguer : la listériose de l’adulte et la listériose fœto-maternelle. Cette dernière ne touche pas que la femme enceinte, car le nouveau-né se retrouve également en danger. À cet effet, elle peut occasionner dans les cas les plus courants des fausses couches et peut être aggravée par une méningite dont les séquelles peuvent être perceptibles chez l’enfant dès la naissance.

Compte tenu donc de ces aspects sanitaires, la femme enceinte ferait donc mieux d’éviter le surimi sous peine de souffrir de la listériose.

Dans quel cas consommer du surimi peut-il être sans danger pour la santé ?

Comme on peut le constater, le mieux serait d’éviter le surimi pendant la période de grossesse. Néanmoins, connaissant les femmes enceintes pour leurs envies souvent irrépressibles de manger certains mets même interdits, il existe des conditions sous lesquelles manger du surimi est absolument possible. En effet, il faut bien remarquer que le surimi est un aliment cuit contrairement aux sushis qui est régulièrement cru. Cet aspect est donc très important et il faut donc le considérer hautement. À cet effet, la listéria qui peut se développer dans le surimi jusqu’à une température de +4 °C perd de toute sa capacité de nuisance et meurt donc lorsque le surimi est chauffé bien au-delà. À cet effet, la norme de cuisson conventionnellement admise pour le surimi est de 100 minutes à 70 °C voire plus dans un « conditionnement hermétique ». Cette méthode très utilisée dans la fabrication de la bière est appelée la pasteurisation et permet aussi bien de cuire le surimi que de tuer les bactéries qui s’y trouvent.

Ainsi, pour les femmes enceintes, il est conseillé pour la sauvegarde de leur santé, d’opter pour du surimi bénéficiant de la norme NF V 45-068 (2002) sur leur emballage. Celle-ci garantit de bonnes conditions de cuisson, mais également de conservation. Ce qui n’exclut pas le fait d’être particulièrement regardant sur la date de péremption et les conditions de conservation indiquées sur le produit. En outre, un point très capital à prendre en compte, lorsqu’on désire manger du surimi pour une femme enceinte, il faut vite le consommer dès l’ouverture de son pot de conditionnement. Enfin, il est absolument déconseillé aux femmes hypertendues de consommer du surimi. En effet, ce dernier est souvent très salé.

Quels sont les autres ingrédients qui entrent dans la composition du surimi ?

Mets tout droit venu du Japon, le surimi est un aliment fabriqué à base de poisson. D’ailleurs, la signification de surimi est « poisson haché ». Plusieurs types de poissons sont donc utilisés pour sa préparation tels que le merlan bleu et le merlan blanc du Pacifique Nord ; le colin d’Alaska ; le hoki d’Argentine ; l’anchois ; le kintokidai, etc. Ils ont pour particularité d’être des poissons de haute mer et donc des poissons sauvages. Par ailleurs, dans la composition des bâtonnets de surimi qu’on achète dans les supermarchés et autres points de vente, on retrouve divers ingrédients. Les plus courants excepté la chair de poisson sont :

  • l’eau ;
  • la Fécule de pomme de terre ou amidon de blé transformé ;
  • le blanc d’œuf réhydraté ;
  • l’huile de colza ;
  • les Stabilisants tels que le sorbitol ;
  • le polyphosphates ou le sucre ;
  • le Sel ou le glutamate de sodium ;
  • les arômes naturels ou artificiels ;
  • le Paprika (un colorant naturel orange) ;
  • les gélifiants ;
  • les épaississants comme de la gomme xanthane ;
  • etc.

Grâce à ses différents composants, le surimi s’avère être un aliment très riche. On y retrouve à cet effet des protéines, des glucides, des lipides, du sodium, des fibres, des vitamines, etc. Fort de cette composition le surimi est un aliment particulièrement intéressant du point de vue nutritionnel. Cependant, pour une femme enceinte, sa consommation exige certaines précautions. À cet effet, il n’est donc pas interdit pour une femme de consommer du surimi, si elle prend le soin de respecter les précautions sus-énumérées. Par ailleurs, en France, les cas de contamination à la listéria sont extrêmement rares.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici