L’hématome rétro-placentaire

L’hématome rétro-placentaire

L’HRP, ou hématome rétro-placentaire est une pathologie grave de la grossesse mettant en jeux le pronostic vital maternel et fœtal. Un point sur cette affection rare qui nécessite des soins d’urgence.

 

L’hématome rétro-placentaire : c’est quoi ?  

L’hématome rétro-placentaire correspond au décollement du placenta. Au cours de la grossesse une poche de sang se forme entre le placenta et la paroi utérine, entrainant inévitablement un décollement placentaire. Dans la majorité des cas l’HRP survient au cours du dernier trimestre de la grossesse, parfois pendant le travail (dans ce cas le diagnostic est réalisé après la délivrance, une fois le placenta expulsé et observé par la sage-femme).

Rassurez-vous, l’HRP reste relativement rare puisqu’il ne concerne qu’une femme sur 1000.

 

L’hématome rétro-placentaire : quels sont les symptômes ?

En cas d’hématome rétro-placentaire, les signes sont assez francs :

  • Une barre épigastrique, type violent coup de poignard dans le ventre.
  • Un ventre qui reste dur en permanence, sans se relâcher (à l’inverse des contractions)
  • Des nausées
  • Des pertes de sang vaginales, foncées voire noires puisque le sang provenant de l’hématome est déjà coagulé.

 

L’hématome rétro-placentaire : quels sont les risques ?

Le premier risque concerne le fœtus : celui-ci est alimenté, durant la grossesse, par le placenta qui permet l’échange de nutriments et d’oxygène entre la mère et le bébé. L’HRP va provoquer l’arrêt de ces échanges foeto-placentaire et donc l’arrêt de l’oxygénation du bébé. Si l’HRP n’est pas diagnostiqué et pris en charge rapidement il peut entrainer la mort de bébé.

Le deuxième risque concerne la mère : l’hémorragie entrainée par l’hématome va provoquer des troubles de la circulation et de la coagulation maternelle.

 

L’hématome rétro-placentaire : pourquoi ?

Les causes exactes de l’HRP ne sont pas bien connues, seuls des facteurs de risque ressortent de la littérature :

  • Un choc sur le ventre
  • Une pathologie gravidique (diabète, Hypertension, etc…)
  • Un âge supérieur à 40 ans
  • Une consommation d’alcool, de tabac ou de drogue
  • Un geste médical type amniocentèse ou VME (Version par manœuvre externe)

 

L’hématome rétro-placentaire : quelle prise en charge ?

Une fois pris en charge d’urgence à la maternité une échographie sera réalisée pour confirmer le diagnostic et juger de la gravité de l’HRP.

Dans la majorité des cas l’accouchement est déclenché, voie basse si l’HRP est mineur, par césarienne si l’HRP est massif et nécessite l’extraction immédiate de bébé.

Après l’acocuchement, une révision utérine sera réalisée pour évacuer l’intégralité des caillots sanguins

En fonction des saignements, une transfusion pourra être réalisée.

Pour les grossesses suivantes un suivi très régulier sera effectué avec monitorings et échographies supplémentaires. Un traitement à base d’aspirine pourra aussi être envisagé pour prévenir une récidive. Dans tous les cas on hospitalisera la future maman le jour de la date anniversaire de son premier HRP puis un déclenchement à 37 SA sera préconisé.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *