Les 10 signes d’alerte qui doivent vous faire venir à la maternité pendant la grossesse

Les 10 signes d’alerte qui doivent vous faire venir à la maternité pendant la grossesse

Pendant votre grossesse, certains signes devront vous alerter et vous faire consulter. Contractions, saignements, perte de liquide, etc… sont autant d’éléments à ne pas ignorer lorsque vous êtes enceinte. Pour vous aider à savoir quand consulter et auprès de qui vous tourner, revenons sur les 10 signes d’alerte qui doivent vous faire venir à la maternité pendant la grossesse

 

  1. Les contractions

Si vous ressentez des contractions douloureuses et régulières pendant votre grossesse il faudra aller consulter à la maternité. On réalisera un monitoring qui évaluera l’intensité et la fréquence des contractions puis on vous examinera le col pour savoir si ces contractions agissent sur celui-ci. Une échographie de col pourra aussi être réalisée pour le mesurer plus précisément et pour mettre en évidence un potentiel funnel. Enfin un traitement adapté vous sera prescrit.

Il arrive parfois que certaines femmes ressentent des contractions très tôt au cours de leur grossesse et que celles-ci ne soient pas dangereuses pour l’évolution de celle-ci. On parle de contraction de Braxton Hills. Il s’agit d’un petit « entrainement » de l’utérus qui s’agrandit pour laisser place à bébé et se prépare doucement à l’accouchement.

Ces contractions surviennent en général le soir ou après un effort. Elles ne doivent pas excéder 10 par jour et ne doivent pas être douloureuses. Détendez-vous, prenez un bain, 2 spasfons et prenez cela comme un « avertissement » pour vous ménager.

 

  1. La perte de liquide

  • Le liquide amniotique

Que ce soit à n’importe quel terme de la grossesse un écoulement de liquide ne doit pas être négligé. Si il s’agit du liquide amniotique une prise en charge spécifique sera mise en place jusqu’à l’accouchement. Rendez-vous directement à la maternité ou auprès de votre sage-femme pour réaliser un test pour savoir quelle est l’origine de ce liquide.

  • Les autres liquides

Rassurez-vous une perte de liquide pendant la grossesse ne veux pas forcément dire perte des eaux. Il peut s’agir de fuite urinaire ou d’écoulement de sperme après un rapport.

Les pertes vaginales étant plus abondantes et plus liquide pendant la grossesse, cela peut aussi en être une explication. Dans tous les cas il faudra vous rendre à la maternité car seul le test (corton tige imbibé d’un réactif au liquide) permettra de définir si vous avez rompu ou non votre poche des eaux.

Petit rappel sur le bouchon muqueux (perte glaireuse, brunâtre) qui n’est en aucun cas un motif de venue à la maternité. Celui-ci peut partir de quelques semaines à quelques heures avant l’accouchement. Il est un simple signe que votre corps se prépare doucement à l’accouchement !

 

  1. Les saignements

  • Les saignements dangereux

Tout comme la perte de liquide, les saignements peuvent être très dangereux pendant la grossesse. Leurs origines peuvent être multiples (placenta, col, etc…) et la prise en charge devra être adaptée en fonction de l’origine. Rendez-vous directement aux urgences de votre maternité en cas de saignement pendant la grossesse.

  • Les saignements explicables

Si les saignements surviennent après un rapport ou dans les suites d’un examen gynécologique et que les pertes sont marrons, il s’agit surement du col. Plus sensible pendant la grossesse celui-ci peut saignoter si il est sollicité.

 

  1. Les signes d’hypertensions

  • Les phosphènes, acouphènes et mal de tête

Les mouches devant les yeux, les bourdonnements dans les oreilles ou encore les maux de tête inhabituels doivent immédiatement vous faire venir consulter. Adressez-vous aux urgences de la maternité : on réalisera un monitoring et on surveillera votre tension pour s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une crise de pré éclampsie.

  • La barre dans le ventre

Une douleur gastrique vive type « barre dans le ventre » est aussi un signe d’éclampsie, vous devez vous rendre rapidement à la maternité si cela survient durant votre grossesse.

 

  1. La fièvre & vomissement

Toute fièvre pendant la grossesse doit être traitée, ne laissez donc pas un petit rhume s’installer et allez consulter votre médecin traitant. Idem pour les vomissements qui peuvent, en fin de grossesse provoquer des contractions utérines.

 

  1. Vous ne sentez plus bébé bouger

La diminution des mouvements de bébé doit vous faire venir consulter : rendez-vous auprès du praticien qui vous suit ou aux urgences de la maternité pour que l’on réalise un monitoring ou une échographie. Même si les mouvements diminuent en fin de grossesse vous devez sentir bouger votre enfant au moins 1 fois dans la journée. Stimulez le un  peu, buvez une boisson sucrée pour le réveillez mais si malgré cela bébé ne réagit pas il faut aller consulter.

 

  1. Vous vous grattez sur tout le corps

Les démangeaisons au cours de la grossesse peuvent être signe d’une pathologie spécifique aux conséquences graves : la cholestase gravidique. Cette affection qui se déclare en générale aux alentours du 6ème mois de grossesse débute par des démangeaisons au niveau des extrémités qui se poursuivent au niveau du ventre, du torse et du visage. Il s’agit d’un défaut de fonctionnement du foie qui laisse passer les acides biliaire dans le sang au lieu de les évacuer dans la bile.

La femme enceinte présentant ce type de pathologie sera surveillée via un dosage des transaminases et sera traité grâce à l’acide urodésoxycolique.

 

  1. Un choc / une chute pendant la grossesse

Un choc pendant la grossesse peut avoir de grave répercussions : fausse couche, rupture prématurée des membranes, hémorragie materno-fœtale, décollement placentaire ou encore accouchement prématuré. Il est donc impératif de vous rendre à la maternité si vous avez reçu un coup sur le ventre, si vous êtes tombée ou si vous avez eu un accident. Une surveillance de 24heures sera réalisée avec monitoring, échographie et examens complémentaires.

 

  1. Infection urinaire

Durant la grossesse il est important de surveiller les urines, d’abord grâce aux bandelettes urinaires réalisées à chaque consultation, puis grâce aux ECBU (examen cytobactériologique des Urine) lorsque la bandelette s’avère positive. En effet, il n’est pas rare que les infections urinaires pendant la grossesse soient asymptomatiques, ce qui ne veut pas dire qu’elles soient sans conséquences. Les peuvent provoquer des contractions, une rupture prématurée des membranes et un risque d’accouchement prématuré. Attention donc à rester vigilante aux signes d’alerte : brulure mictionnelles, envie fréquente d’uriner avec sensation de pesanteur, etc…

 

  1. Infection vaginale

De nombreuses femmes enceintes souffrent de mycoses pendant leur grossesse : démangeaisons, pertes abondantes, épaisses et blanchâtres. Tout comme les infections urinaires elles doivent être traitées car même si elles ne présentent aucun risque pour le déroulement de la grossesse elles pourraient contaminer bébé à la naissance. Attention aussi à ne pas faire d’automédication : chaque mycose à son traitement et vous devrez demander l’avis au praticien qui vous suit. Vous pouvez néanmoins respecter quelques conseils simples pour limiter leur survenue : éviter les strings ou culottes en nylon et préférez le coton, nettoyez-vous avec un savon adapté à la flore intime mais ne vous décaper pas à chaque douche, évitez le port de vêtements trop serrés, séchez-vous correctement après votre toilette pour éviter de rester humide et buvez beaucoup !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *