Le monitoring, c’est quoi ?

Le monitoring, c’est quoi ?

Durant le suivi de votre grossesse vous entendrez sans doute parler du « monitoring » ou « monito de contrôle » par les professionnels qui vous entourent : cet appareil couramment utilisé dans les maternités permet, entre autre, d’écouter bébé tout en surveillant les contractions. Aujourd’hui Moispourmoi reviens en détail sur les utilités et le fonctionnement du « monitoring foetal».

 

Le monitoring, c’est quoi ?

Le monitoring est un appareil électronique composé d’un corps et de 2 capteurs.

Le corps permet de retranscrire les données enregistrées par les capteurs. Il ressemble à un ordinateur qui laisse dérouler un papier sur lequel s’inscrivent une ligne correspondant aux contractions et une ligne correspondant au bruit du cœur de bébé.

Le premier capteur (le capteur fœtal) enregistre les bruits du cœur de bébé, il est placé sur le ventre de maman, du côté du dos de bébé : pour bien placer ce capteur, il arrive que l’on demande à la patiente de situer l’endroit où elle ressent les coups de pieds de bébé : le capteur sera alors placé du côté opposé (côté du dos de bébé), sous le nombril pour les présentation en tête, un peu plus haut pour les présentation en siège.

Le deuxième capteur sert à enregistrer et mesurer l’intensité des contractions. Placé au niveau du fond utérin (en haut du ventre, au-dessus du nombril, plus haut que le capteur fœtal), il fonctionne comme une sorte de petit ressort : lorsque le ventre se durcit, le ressort s’écrase et enregistre la contraction. Plus la contraction est longue et intense plus le « ressort » s’écrase.

 

Le monitoring, quand ?

Le monitoring est réalisé soit au cours de la grossesse lors d’une surveillance spécifique (menace d’accouchement prématurée, diabète, hypertension, retard de croissance, etc…) soit seulement au cours du travail de l’accouchement.

 

Le monitoring, quelle est son utilité ?

Le monitoring permet de surveiller l’état de santé du bébé tout en le mettant en parallèle avec l’activité utérine de la mère.

Lors de la grossesse le monitoring sera là pour écarter tout risque de souffrance fœtale ou d’accouchement prématuré. Les bruits du cœur seront analysés selon leur rythme de base, accélération et ralentissement. On surveillera qu’il n’y ait ni tachycardie, ni bradycardie (attention, le rythme fœtal de base est aux alentours de 110 à 160 battements par minute) : il faudra prendre en compte l’âge gestationnel du bébé ainsi que la période durant laquelle il est enregistré (période de sommeil, de calme, d’agitation, etc…).

Durant le travail, le monitoring permettra de surveiller le rythme des contractions (et de s’assurer que celles-ci sont assez intense et fréquentes) ainsi que la réaction de bébé face à ces contractions et sa descente dans le bassin.

Au moindre doute on ajustera les perfusions pour réguler le travail des contractions et l’on  veillera à ce que bébé réagisse bien à cette étape. En cas de souffrance fœtale, les gestes opportuns pourront être réalisés à tout moment (instrument, césarienne, etc…).

 

Le monitoring, par qui ?

Les monitorings sont des examens pratiqués exclusivement par les sages-femmes.

Si on vous prescrit des monitorings de contrôle durant votre grossesse vous aurez le choix de les faire à l’hôpital ou dans un cabinet privé. Dans certain cas, si vous devez rester alitée, la sage-femme se déplacera directement à votre domicile.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *