L’amniocentèse

L'amniocentèse : un examen de suivi de grossesse.

Il arrive parfois que votre médecin vous prescrive une amniocentèse au cours de votre grossesse. A quoi correspond cet examen, comment se pratique-t-il, y a-t-il des risques pour bébé ? Moispourmoi revient sur toutes les questions qui tournent autour de l’amniocentèse.

L’amniocentèse, qu’est-ce que c’est ?

Cet examen correspond au prélèvement d’une petite quantité de liquide amniotique qui entoure bébé. Une fois ce prélèvement réalisé, le liquide sera étudié pour rechercher des potentielles pathologies fœtales génétiques, virales ou parasitaires.

 

Quand réalise-t-on une amniocentèse ?

En général l’amniocentèse est réalisée entre la 15ème et la 17èeme semaine d’aménorrhée. Néanmoins on peut la pratiquer dès la 12/13ème semaine de grossesse et jusqu’au terme en fonction des besoins et des circonstances.

Cet examen peut être prescrit pour plusieurs raisons :

– Un résultat anormal au tritest (< à 1/250)

– Une clarté nucale trop élevée décelée au cours de la première échographie

– Un antécédent familial héréditaire de maladie génétique

– Un âge maternel élevé (plus de 38/40 ans)

– Un contact avec une maladie infantile pendant la grossesse

– Une anomalie génétique dans la fratrie

Sachez par ailleurs que l’amniocentèse n’est pas obligatoire et que vous pouvez la refuser. Si dans tous les cas vous ne souhaiterez pas recourir à une interruption médicale de grossesse, inutile de réaliser cet examen.

 

Comment se déroule l’amniocentèse ?

Pour réaliser cet examen vous serez installée dans une salle spécifique équipée d’une échographie. En règle générale l’obstétricien effectue la ponction et est assisté par une sage-femme.

On commence par localiser le fœtus, le placenta et le cordon. Ensuite le praticien nettoie votre ventre et introduit une fine aiguille, stérilement, à travers la paroi utérine et recueille quelques millilitres de liquide amniotique. Cet examen est rapide, ne dure que quelques minutes.

Cet examen vous sera entièrement remboursé (hors amniocentèse de convenance) par la sécurité sociale. En cas de dépassement d’honoraire, votre mutuelle prend le reste à charge dans la majorité des cas.

 

Que fait-on après une amniocentèse ?

Une fois le prélèvement réalisé vous allez rentrer chez vous, et vous reposer toute la journée. Si vous travailler, vous pouvez vous faire prescrire un arrêt de travail.

En règle générale les résultats du caryotype vous seront donnés dans les 3 semaines qui suivent l’examen par le laboratoire auquel le prélèvement a été confié.

 

Quels sont les risques d’une amniocentèse ?

Le risque le plus redouté est celui de la fausse couche mais ne touche que 0.5 à 1% des patientes, dans les 8 à 10 jours qui suivent l’amniocentèse. C’est pour cela qu’au moindre doute (saignement, écoulements anormaux, douleurs, etc…) vous devez retourner consulter à la maternité.

Concernant la douleur que peut provoquer le geste inutile de vous inquiéter. Bien qu’impressionnant et relativement angoissant la piqure est largement supportable.

Outre ces risques, il est aussi possible que la ponction contienne du sang, ce qui empêcherait l’analyse, enfin, si l’amniocentèse est réalisée tardivement, elle peut entrainer un accouchement prématuré.

Une précaution est néanmoins à prendre si vous êtes de groupe sanguin rhésus négatif : dans ce cas une injection d’immunoglobuline anti D sera réalisée.

 

 Retrouvez tous les indispensables pour Mamans & Bébés sur notre boutique femme enceinte, et découvrez l’univers du FAIT MAIN avec nos mamans créatrices… 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *