L’allaitement maternel, comment ça marche ?

L’allaitement maternel, comment ça marche ?

Pour bien réussir son allaitement maternel, rien de mieux que d’en comprendre son fonctionnement. Quels sont les facteurs physiques et biologiques qui permettent sa mise en route ?

L’allaitement maternel : les facteurs hormonaux

L’œstrogène

L’œstrogène correspond à l’hormone qui mettra en place les « routes » pour acheminer le lait. Pendant la grossesse son taux va augmenter, ce qui favorisera la croissance des canaux lactifères.

La progestérone

Voyant son taux augmenté aussi durant la grossesse, la progestérone va permettre d’augmenter la taille des alvéoles et des lobes présents dans le tissu glandulaire du sein, au niveau des canaux lactifères.

A la naissance c’est la chute du taux de progestérone qui déclenchera la montée laiteuse.

La prolactine

L’augmentation du taux de prolactine pendant la grossesse va aussi influer sur l’augmentation de la taille des alvéoles.

La prolactine va continuer à augmenter lorsque bébé tétera et ainsi, en réponse à cette augmentation, les alvéoles vont fabriquer du lait.

L’ocytocine

L’ocytocine est l’hormone qui permettra à l’utérus de se contracter durant la naissance puis après l’accouchement, au moment de la délivrance ainsi qu’en suite de couche lors de l’involution utérine.

Cette hormone va aussi entrainer la contraction  des cellules musculaires entourant les alvéoles et ainsi permettre l’éjection du lait dans les canaux lactifères.

L’hormone lactogène placentaire

Cette hormone est libérée par le placenta dès le deuxième mois de grossesse : c’est elle qui entraine l’augmentation de taille des seins, des mamelons et des aréoles.

 

L’allaitement maternel : les facteurs « chimiques »

Au-delà de toutes les hormones qui influent sur l’allaitement maternel, les terminaisons nerveuses vont aussi jouer leur rôle : lorsque le sein est stimulé par la tétée, les terminaisons nerveuses situées au niveau du mamelon sont activées.

Par ce biais, un signal est envoyé à l’hypophyse via l’hypothalamus. Ainsi la sécrétion de prolactine et d’ocytocine sont déclenchées.

La prolactine « fabrique » le lait, l’ocytocine l « éjecte » dans les canaux lactifères et le rend accessible au niveau des mamelons pour bébé.

 

L’allaitement maternel : les facteurs physiques

L’expulsion du placenta

Au moment de la délivrance, les taux d’œstrogène, de progestérone ainsi que ceux de l’hormone lactogène placentaire vont chuter. A l’inverse, la prolactine va être libérée et ainsi permettre la mise en place de la montée de lait.

Les mises au sein

Primordial pour un allaitement réussi, les mises au sein fréquentes et régulières vont jouer un rôle essentiel pour le démarrage de l’allaitement.

Ces mises au sein permettront d’une part la stimulation fréquente des terminaisons nerveuses situées au niveau des seins, et empêcheront d’autre part la présence du FIL (Facteur Inhibiteur du Lait) présent dans les seins lorsque ceux-ci sont pleins et non vidés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *