L’ accouchement par le siège

L’ accouchement par le siège

Votre terme approche et bébé n’est pas décidé à se retourné… Il est bien comme il est et vous vous préparez désormais à accoucher bébé en siège. Vos examens sont corrects et vous avez opté, en accord avec l’équipe obstétricale, pour un accouchement voie basse. Comment se déroule l’accouchement par le siège ?

 

L’ accouchement par le siège : les conditions requises

Pour que l’accouchement voie basse d’un bébé positionné en siège soit accepté par la maternité et l’équipe obstétricale qui vous suit, certaines conditions devront être respectées…

  • Une estimation de poids fœtal satisfaisante
  • L’acceptation de la patiente
  • Une radiopelvimétrie du bassin satisfaisante
  • Une tête fœtale bien fléchie (bébé doit regarder son nombril et non en l’air)
  • Une péridurale posée pendant le travail (au cas où certains gestes soient nécessaires et dans l’éventualité d’une césarienne en urgence)

 

L’ accouchement par le siège : les étapes

Sachez que si vous accouchez par le siège le personnel présent pour votre accouchement sera plus nombreux que pour l’accouchement d’un bébé en tête.

Le gynécologue-obstétricien, la sage-femme, le pédiatre, l’anesthésiste et l’auxiliaire de puériculture seront présent. Parfois un interne en médecine assistera aussi l’accouchement.

En pratique, le travail se déroulera classiquement, avec une surveillance régulière de la dilatation du col. Une fois le col dilaté complètement on laissera bébé bien descendre dans le bassin. La poche des eaux sera rompue tardivement au cours du travail parce que les fesses de bébé étant plus « molles » que sa tête, elles appuieront moins sur le col : ainsi pour garder un appui plus dur on maintiendra la poche des eaux intacte pour accélérer le travail.

On attendra que le siège de bébé soit « sur le périnée », c’est-à-dire au plus bas du bassin pour vous installer pour pousser. On vous laissera pousser sans intervenir jusqu’à ce que les fesses et les jambes soient sorties. Les fesses de bébé « monteront au zénith » puis redescendront. C’est à ce moment-là que l’obstétricien interviendra pour réaliser les manœuvres qui aideront la tête de bébé à sortir.

Ces manœuvres sont réalisées pour accompagner l’accouchement de la tête fœtale et maîtriser les potentielles complications. On parle des manœuvres de LOVSET et de BRACHT.

 

L’ accouchement par le siège : les risques

L’accouchement par le siège est un accouchement plus à risque que l’accouchement par voie basse et c’est pour cela qu’il est plus « encadré ».

Le principal risque redouté est le risque de « rétention de tête dernière » : effectivement, la partie la plus large du corps de bébé à la naissance est sa tête. Lors d’un accouchement « classique », la tête sort en premier donc on a pour habitude de dire : si la tête est sortie, le reste suivra. Dans le cas de l’accouchement par le siège la tête va sortir en dernier, on ne saura donc qu’au dernier moment si les diamètres de celle-ci vont sortir sans difficulté. Si la tête fœtale venait à « bloquer », il faudrait réaliser certaines manœuvres (Mauriceau) ou utiliser des forceps pour la « décoincer ».

On surveillera aussi le relèvement des bras : en effet, une fois le siège et les jambes dehors, les bras de bébé ne devront pas se « relever », ce qui impliquerait des diamètres encore plus grands pour le passage de la tête fœtale.

 

Retrouvez tous les indispensables des futures mamans sur notre boutique femme enceinte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *