Les contractions dans les dernières semaines de la grossesse n’a aucun problème a priori. Cela est dans l’ordre normal des choses. Toutefois, l’on pourrait s’inquiéter lorsque ces contractions deviennent de plus en plus fréquentes et agissent sur l’utérus. Elles peuvent donc occasionner un accouchement prématuré. Dans le cas d’espèce, l’on parle d’utérus contractile. Que retenir de cette notion ?  

Surveillez vos contractions

Physiologiquement, l’utérus est composé d’une couche épaisse de muscle lisse appelé ‘’le myomètre’’ par les professionnels. Dans la partie interne de couche épaisse de muscle lisse, se trouve l’endomètre. L’utérus peut subir des contractions soit au moment des règles qui occasionnent des douleurs plus ou moins difficiles à supporter. Notons que lors de la grossesse et ce, à partir du quatrième mois, la femme peut ressentir des douleurs qui sont loin d’être ceux liés aux contractions de l’accouchement. Elles ne durent pas longtemps. Les contractions au cours de la grossesse peuvent durer entre 30 secondes et une (1) minute. Dans ce cas de figure, on dit qu’il s’agit de l’utérus contractile. Dès lors que vous subissez plus de 10 contractions dans une journée, il est important d’en informer la sage-femme qui s’assurera de l’état du col de votre utérus. Car cela peut provoquer un accouchement prématuré.

Ce sont d’anormales contractions que la femme enceinte peut ressentir au niveau du ventre. Les contractions de l’utérus peuvent néanmoins passer inaperçues chez certaines femmes. Par contre, les signes de ces contractions peuvent être diagnostiqués lors d’un examen obstétrical chez la sage-femme qui suit la parturiente. Il est donc conseillé d’effectuer des consultations dès lors que vous ressentir de douleurs inhabituelles lors de la grossesse. Cela permettra de déceler à temps le mal afin d’y remédier avec une prise en charge normale. Rappelons que ces contractions n’ont rien à voir avec les mouvements du bébé dans le ventre de sa mère.

Différence entre contractions et les mouvements du bébé dans le ventre

Pour une femme qui est à son premier geste, il est souvent difficile de distinguer les contractions de l’utérus avec les mouvements ordinaires du bébé encore dans le ventre de sa mère. Dans un cas comme dans l’autre, le ventre de la femme connaît des pressions qui le font tendre. Pour pouvoir mieux distinguer, il faut identifier leur étendue. En effet, lors d’une contraction, tout le ventre se durcit tandis que lors d’un mouvement du bébé la tension est quant à elle, localisée.

Notons que les douleurs des ligaments pourraient être confondues aux contractions à la différence qu’elles durent un peu plus longtemps que celles de la contraction et son plus vives.

L’examen de l’utérus contractile

Lors de la consultation, la sage-femme ou le gynécologue procède à un examen du col de l’utérus par le biais d’un toucher vaginal. Cette opération permet de déterminer si les contractions auront un impact sur son degré d’ouverture. Par la suite, la sage-femme ou le gynécologue passeront à un monitoring qui fera l’enregistrement des contractions pendant environ 60 minutes afin de jauger le nombre et l’intensité. Il est possible que le professionnel demande une analyse d’urine pour s’assurer qu’aucune infection probable n’est à la base de cette réaction. Une prise en charge sera donc proposée pour solutionner le mal.

Impact des contractions sur la grossesse

Les risques de fausse couche sont nombreux. Une simple douleur qui n’est pas ordinaire peut mettre en mal la grossesse de la femme. Grâce à l’intervention du gynécologue, il est possible de savoir les risques qu’encoure la femme enceinte lors de ces contractions.

En prenant en compte l’intensité des contractions et leur nombre, il saura analyser les dangers afin de situer sur les impacts de ces contractions sur la grossesse. Toutefois, il est possible qu’une femme enceinte subisse des contractions induisant un utérus contractile sans risque sur le bébé.

Ce qu’il faut savoir pour une prise en charge

Dès lors que la sage-femme ou le gynécologue établit que la grossesse est en danger, la femme enceinte doit nécessairement être suivi. Dans ces conditions, il est recommandé un traitement médical par le spécialiste pour limiter au maximum les contractions. De façon générale, la femme sera soumise à la prise des médicaments tels que les antispasmodiques et les tocolytiques.

Les antispasmodiques servent à éradiquer les spasmes musculaires qui sont responsables des contractions.

Quant aux tocolytiques comme le Salbutamol, ils favorisent la réduction des contractions utérines. Ceux-ci sont administrés soit par voie orale ou en intraveineuse. Parfois, il est possible de prescrire la prise des corticoïdes pour traiter le mal lorsque la grossesse a moins de 34 semaines. Le but du traitement est de pouvoir repousser le moment de l’accouchement.

Quelques précautions à prendre

  • Repos : lorsque la femme enceinte subit des contractions de l’utérus occasionnant l’utérus contractile, il est recommandé d’imposer un rythme de travail moins contraignant à la femme. Elle devra limiter les activités physiques intenses.

De même, elle devra arrêter le port des charges lourdes et les trajets en véhicule sur une longue distance. En effet, les vibrations ressenties sur les voies favorisent les contractions et peuvent donc mettre à mal la grossesse.

Lorsqu’une femme est enceinte, il ne s’agit pas d’une maladie mais il est important de savoir se ménager pour mener à bien sa grossesse. Dans cet état, la femme est plus vulnérable. Et pour cela, il faut écouter son corps dans les moindres détails. Cela y va de la santé du bébé au risque de l’accoucher de façon prématurée. Par ailleurs, pour éviter la MAP, il est conseillé de s’allonger un peu plus tous les jours. C’est un excellent moyen de mettre le corps au repos

  • Alitement complet : pour des cas inquiétants, la femme enceinte est soumise à un alitement complet.
  • Dans les cas d’utérus contractile, il est conseillé d’éviter de caresser fréquemment le ventre. Cela peut paraître bizarre mais vous devez savoir que les contacts stimulent l’utérus et provoquent par conséquent des contractions.
  • Eviter le stress : vous n’êtes pas sans savoir l’effet du stress sur l’organisme. Et pour une femme enceinte, le stress est davantage nuisible à la santé de son bébé. Il faut donc apprendre à se relaxer et s’entourer de vibrations positives.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici