Comment savoir que c’est le bon moment pour aller accoucher ?

Comment savoir que c’est le bon moment pour aller accoucher ?

Une question vous angoisse depuis l’annonce de votre grossesse : saurez-vous reconnaitre le bon moment pour partir accoucher à la maternité ? Allez-vous reconnaitre les contractions de travail et ne risquez-vous pas de partir « trop tard » ? Pour vous rassurez et vous aider à comprendre les signes qui ne trompent pas lorsque l’on est sur le point d’accoucher, moispourmoi reviens sur les indices qui seront la lorsque ce sera « le moment » de partir à la maternité !

 

Comment savoir que c’est le bon moment pour aller accoucher : la perte des eaux

  • Généralités

S’il y a bien un signe qui doit vous faire partir à la maternité, c’est la rupture de la poche des eaux. En effet, si le sac contenant le liquide dans lequel baigne bébé vient à se rompre, vous devez vous rendre à la maternité au sein de laquelle vous avez décidé d’accoucher.

Inutile de vous précipiter à la seconde où vous rompez, prenez le temps de prendre votre valise d’accouchement, d’appeler le futur papa et pourquoi pas de prendre une petite douche rapide avant de vous rendre à la maternité. Le principal est de continuer à bien sentir bébé bouger et de ne pas prendre de bain (une fois la poche rompue, la porte d’entrée aux infections est « ouverte »), assurez-vous aussi que le liquide est clair (et non teinté, marron ou rouge).

Rassurez-vous, ce n’est pas parce que votre poche est rompue que bébé va se retrouver « à sec », le liquide amniotique continue d’être produit et bébé continuera de nager dans le liquide jusqu’à l’accouchement.

Si la rupture est suivie de contractions, c’est que vous vous mettez en travail spontanément : attention, les contractions d’après rupture sont souvent plus intenses que celles qui la précède, ne soyez pas surprise si vous avez l’impression que le travail s’accélère et s’intensifie après avoir rompue la poche des eaux.

Dans le cas contraire, si vous ne ressentez pas de contractions après avoir rompue, on vous « laissera » au maximum 48 heures pour vous mettre en route spontanément. Au–delà, l’équipe soignante décidera de déclencher artificiellement le travail. En effet, une fois la poche rompue depuis plus de 2 jours, le risque d’infection et d’oligoamnios (insuffisance de liquide) est trop important pour risquer d’attendre plus longtemps.

  • La fissure de la poche des eaux

Toutes les femmes ne rompent pas leurs poche des eaux complètement : certaines d’entre elles ne font que « fissurer ». Dans ce cas seul une très petite quantité de liquide s’écoulera, pouvant parfois passer inaperçue ou être confondue avec de petites fuites urinaires.

Pour savoir s’il s’agit bien de liquide amniotique il faudra réaliser un test (l’actimprom) : il s’agit d’une sorte de coton-tige imbibé de réactif changeant de couleur au contact du liquide amniotique. Vous pourrez réaliser ce test auprès de votre sage-femme.

Sachez qu’en cas de fissure, les écoulements auront lieu lorsque vous changerez de position (passage de coucher à debout), lorsque vous éternuerez ou tousserez. Ces écoulements n’ont aucune odeur (à la différence des fuites urinaires) mais peuvent être confondu avec des écoulements de sperme s’ils surviennent à la suite d’un rapport.

  • La rupture franche de la poche des eaux

Si vous rompez totalement, vous ne pourrez vraiment pas passer à côté : vous allez sentir se déverser au moins 1 litre de liquide chaud (à37°) entre vos jambes et ce liquide ne s’arrêtera pas de couler.

 

Comment savoir que c’est le bon moment pour aller accoucher : les contractions

Evidemment, on n’accouche pas sans contractions… Alors si elles sont plus ou moins fortes, plus ou moins longues et plus ou moins supportables en fonction des femmes, le fait est qu’elles sont belle et bien présentent lorsque le travail se met en route !

  • Les primipares

Pour un premier bébé, il faudra attendre que les contractions soient régulières, toutes les 5 minutes depuis environ 2 heures pour vous assurer que cela n’est pas du faux travail.

  • Les multipares

Les femmes ayant déjà accouché devront être plus attentives et n’attendre qu’un espacement toutes les 10 minutes depuis 1 heure.

  • Ce que ressentent la quasi-totalité des futures mamans

Certaines exceptions accouchent à la maison, sans ressentir la mise en route du travail ou en ne s’apercevant qu’elles vont accoucher qu’au moment où elles ont envie de pousser… Mais sachez que cela ne concerne qu’une poignée de futures mamans et que la très grande majorité des femmes ont le temps de se rendre à la maternité pour accoucher.

La majorité des femmes raconteront qu’elles ont tout de suite reconnue les contractions de travail, qu’elles « ne pouvaient pas passer à côté ». Une fois le travail commencé, les contractions vont s’intensifier et se rapprocher. Bien souvent elles nécessitent l’arrêt de toute activité et empêche la future maman de marcher au moment où elles surviennent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *